Compétence 10 : Planification et fixation d’objectifs

Cette dixième compétence est parfois mal comprise car on la confond quelques peu avec la Compétence 2 (celle du contrat) car elles parlent toutes les deux d’objectif.  Pour autant, nous sommes dans un autre registre avec cette seconde compétence du pôle “Actions” de notre référentiel.

La compétence 10 évoque l’ensemble des qualités et compétences qui permettent au coach d’accompagner son client dans la durée.  Une fois atteint une prise de conscience (les 7 premières compétences permettant une prise de conscience à déterminer et ancrer (compétence 8)), il faut encore concevoir des actions d’apprentissage (compétence 9) et faire le tout dans une lignée stratégique pour que chaque séance de coaching s’inscrive dans un parcours cohérent dont le tout est plus que la somme de chaque séance.  C’est dans cette dernière ligne que se cache la compétence 10. 

Cette compétence est sous-titrée “Capacité́ à développer et maintenir un plan de coaching efficace avec le client”.  On note les trois notions importantes à se rappeler (1) il faut un plan de coaching  (2) celui-ci doit non seulement être déterminé mais également maintenu dans la durée et (3) ceci se fait avec le client. 

Les éléments de posture nécessaires à cette compétence pourraient être comparées aux compétences des jazzmen qui improvisent.  Les avez-vous déjà vu jouer ? Les avez-vous observés et écoutés avec attention ?  La trame d’un morceau est toujours la même … et c’est normal … il faut laisser l’auditeur rentrer dans le morceau, s’habituer au style et au rythme.  Il faut ensuite le surprendre et l’émerveiller avec un solo mémorable pour le reconduire doucement vers la sortie.  Cette trame est la même en coaching et sera adaptée à notre client et à sa problématique spécifique.  Le coach, en démarrage de coaching, va établir sa stratégie … à la fois sur le fond (quelles sont les étapes qui lui semblent nécessaires de traverser avec ce client) mais également sur la structure (quel type de coach ce client là en particulier a besoin, de quel type d’appui ou de liberté a-t-il besoin, sur quel apprentissage se base-t-il et donc de quel tempo a-t-il besoin ?).  Et cette stratégie, il va, avec la pratique, la co-construire avec son client, l’aidant par là-même d’ailleurs à mieux se connaître et à poser les bases d’autres apprentissages.

On le comprend, les options de maîtrise de cette compétence sont à nouveau dans le partenariat fait avec le client … un coach débutant guide son client, un aguerri accompagne son client, un coach confirmé collabore avec son client.

J’aime cette analogie entre coaching et jazz, je vous souhaite de belles impros !

La métaphore du musicien peut également nous servir à appréhender le second élément de posture nécessaire au plein exercice de cette 10ème compétence.  Quelle différence faites-vous entre un bon morceau de musique et un morceau que vous avez envie d’écouter ? Pour moi cette différence, fondamentale, se détermine en quelque chose que j’assimilerai (pauvrement d’ailleurs) à de la valeur ajoutée.  Un morceau que j’ai envie d’écouter, c’est un flot de notes qui m’emmène ailleurs, qui me fait vivre quelque chose de plus intense que de la musique.  La compétence 10 nous invite également à ce dépassement.  Faire vivre pleinement une stratégie de coaching, c’est aider notre client à aller au-delà de sa demande initiale.  Bien sûr, à charge de chaque coach de trouver la position d’équilibriste entre le fait de ne pas « vouloir pour l’autre » et le fait de l’amener à dépasser sa demande initiale pour résoudre sa problématique « un cran plus haut » que celui qu’il nous avait amené ….